Saturday, July 14, 2007

14 Juillet 2007

Au matin: à l'ombre d'une floppée d'hélicoptères sans beaux militaires à cette haute heure.

Au midi: à l'ombre de persiennes persanes.

Au soir, nuit noire: à l'ombre dans un bus pour travailler des clichés de feu. Finalement, le feu dans le bus transporta le feu de l'air capturé sur un pont noir de têtes sous lequel coule la Seine.

2 comments:

Sarita poétique said...

... et nos amours faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

:)

Adrien said...

Damned, c'est tellement joli que je ne sais quoi dire.

Je me tais, donc.